Thierry Neuville impressionne

Réputé comme un des terrains les plus difficiles à appréhender, le Rallye de Finlande a permis à Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul de se mettre en évidence. Dès sa première participation, l’équipage du Citroën Junior World Rally Team a signé des temps au beau milieu des références du WRC.

Alignés sur la DS3 WRC du Qatar World Rally Team, Chris Atkinson et Stéphane Prévot ont retrouvé avec plaisir l’ambiance du Championnat du Monde et des routes qu’ils n’avaient plus parcourues depuis 2008. 

Bien préparé par son engagement au Rallye d’Estonie, Thierry Neuville se jetait dans la bagarre dès les premières spéciales. Le jeudi après-midi, le Belge alignait un troisième, un quatrième et un cinquième temps. Pressé de questions par des médias finlandais incrédules de trouver un rookie au cinquième rang du classement général, le pilote du Citroën Junior World Rally Team restait exigeant vis-à-vis de lui-même : « Je n’ai pas toujours l’impression de très bien rouler, car j’ai tendance à soulager dans les virages les plus piégeux. Je voulais partir sur un bon rythme pour être dans la bagarre avec mes adversaires habituels, pour l’instant le bilan est évidemment positif. »

Le vendredi, Thierry se jetait dans une bagarre à coups de secondes avec Mads Østberg. Lors du second passage dans Mokkipera (ES9), le Belge prenait la mesure du Norvégien et réduisait l’écart. Malheureusement, un enchaînement de mésaventures se traduisait par un abandon dans l’ES11 : « Nous avons tapé une pierre dans l’ES10, elle était en trajectoire et Chris Atkinson l’a également heurtée. La voiture continuait à rouler correctement, mais nous avions de grosses vibrations et un bruit qui m’empêchait d’entendre distinctement les notes de Nicolas, qui plus est victime d’une extinction de voix. Dans la spéciale suivante, je suis sorti de la route dans un virage serré. La voiture a basculé en tonneau et nous n’avons pas réussi à la remettre sur la route. »

Thierry et Nicolas pouvaient repartir le lendemain dans le cadre du Rally2 : « C’était important pour nous de faire toutes les spéciales, dont la fameuse Ouninpohja. Cela m’a permis d’affiner mes notes et de mesurer les progrès qu’il me reste à accomplir. Quand nous avons franchi la ligne d’arrivée, j’ai ressenti de la déception, car aller au bout sans commettre d’erreur était à ma portée… Ma seule envie, c’est de revenir sur ce rallye et de poursuivre ma progression ! »

Pendant que Nasser Al-Attiyah partait à la conquête d’une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Londres, dans la catégorie du Skeet (tir aux pigeons d’argile), Chris Atkinson et Stéphane Prévot découvraient avec plaisir l’habitacle de la DS3 WRC du Qatar World Rally Team. Jeudi, l’Australien se positionnait dans le groupe de chasse. Septième à l’issue de la première journée, il comptait bien poursuivre sa progression le lendemain. Mais comme Thierry, les évènements s’enchaînaient mal pour Chris : après avoir rencontré des soucis d’intercom en début d’étape, il se posait sur un talus dans l’ES8. Malgré 16 minutes perdues, il continuait sa course jusqu’à ce qu’il arrache une roue en touchant la même pierre que Thierry (ES10).

Comme son voisin de paddock, Chris pouvait disputer la dernière journée grâce au travail des mécaniciens de Citroën Racing Technologies, pour qui la nuit était réduire à portion congrue. Devant composer avec sa deuxième place sur la route, il reprenait confiance avant de prendre beaucoup de plaisir dans Ouninpohja : « C’était vraiment fantastique de refaire cette spéciale. Je remercie vraiment toute l’équipe, nous avons passé un week-end à bord d’une voiture au top niveau. Sans mon erreur, je pense que mon objectif de rentrer dans le top 5 était réalisable. Je ne sais pas quand je reviendrai en WRC, j’espère très bientôt et avec Citroën si possible ! »

Mots-clés: , ,