Neuville et Al-Attiyah à l’assaut des forêts galloises

Après un intermède sur asphalte, le WRC retrouve la terre au Pays de Galles. Cette dixième manche de la saison sera une grande découverte pour Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul, contrairement à Nasser Al-Attiyah et Giovanni Bernacchini qui comptent plusieurs participations à l’épreuve.

Traditionnellement disputé en fin de saison, le Rallye de Grande-Bretagne a été placé au milieu du mois de septembre dans le calendrier 2012. À l’image du temps clément qui règne actuellement sur Cardiff, la manche britannique pourrait donc se dérouler dans une ambiance quasiment estivale !

Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul n’ayant jamais participé à cette épreuve, ils ne seront pas surpris s’ils ne retrouvent pas la boue, l’humidité et le froid qui caractérisent habituellement les spéciales galloises. « Peut-être que le parcours me rappellera le Rallye d’Écosse, que j’ai disputé deux fois », estime le jeune Belge. « Quoi qu’il en soit, je ne suis pas effrayé pas à l’idée de découvrir de nouveaux terrains. Cette saison est destinée à me faire acquérir de l’expérience et je suis toujours heureux de prendre le départ de rallyes que je regardais à la télévision il y a quelques années. »

« Les semaines suivant le Rallye d’Allemagne m’ont permis de me relaxer », poursuit Thierry. « Je ne suis pas resté bien loin des sports mécaniques, puisque j’ai eu la chance d’assister au GP de Belgique sur le circuit de Spa-Francorchamps. C’était très instructif d’observer l’équipe Red Bull Racing au travail sur un week-end de course. Après cette petite coupure, je vais aborder la manche britannique avec l’objectif de rallier l’arrivée sans avoir recours au Rally2. Je sais que j’ai la pointe de vitesse, y compris sur des spéciales que je découvre. Mais sur cette épreuve, je ne vais pas trop m’occuper des chronos, car mon objectif sera vraiment d’éviter toute erreur. »

Avec trois participations, Nasser Al-Attiyah est déjà plus familier des chemins forestiers sillonnant le Pays de Galles. « Ce n’est pas mon rallye favori lorsqu’il pleut. Dans ces conditions, il est plus que facile de se faire piéger et de sortir de la route », se souvient le Qatari. « Le Rallye d’Allemagne a été difficile pour moi, mais il m’a permis de reprendre contact avec la DS3 WRC. Je pense que je vais retrouver un terrain sur lequel je serai plus à même de m’exprimer. Comme Thierry, j’ai pu me reposer au cours des derniers jours. Après avoir passé beaucoup de temps en Europe pour les Jeux olympiques, je suis retourné au Qatar pour profiter de ma famille. »

Malgré son manque de roulage, Nasser estime qu’il pourra reprendre sa progression : « L’immense avantage que nous avons est de pouvoir bénéficier du travail effectué par l’équipe officielle. Quand je monte dans la voiture, je sais qu’elle est déjà très bien réglée. Je vais aborder ce rallye avec humilité et j’attaquerai progressivement, au fur et à mesure de ma prise de confiance. »

Mots-clés: , ,