Loeb et Elena tout schuss

De l’asphalte sec ou humide, du verglas, de la glace, de la neige : les concurrents du Rallye Monte-Carlo ont rencontré toutes les conditions lors de la première journée de compétition, disputée en Ardèche.

En quête d’une septième victoire sur cette épreuve, Sébastien Loeb et Daniel Elena ont sorti l’attaque des grands jours pour creuser un écart déjà substantiel sur la concurrence. Troisième et quatrième, les équipages Mikko Hirvonen / Jarmo Lehtinen et Dani Sordo / Carlos del Barrio peuvent également tirer un bilan positif de cette entame de rallye.

Le Moulinon – Antraigues, Burzet – St Martial : pour cette première journée de course, les 73 équipages autorisés à prendre le départ s’attaquaient à deux des spéciales qui ont bâti la légende du Rallye Monte-Carlo. Et comme il n’y a pas de légende sans héros, les concurrents bravaient des conditions de route extrêmement variées… et typiquement hivernales. Bien avant l’aube et le départ des voitures vers l’Ardèche, l’équipe analysait et recoupait les informations nécessaires au choix des pneumatiques. Les trois DS3 WRC étaient chaussées de pneus Michelin Pilot Alpin cloutés.

Les larges portions d’asphalte de l’ES1 conduisaient les pilotes à économiser leur monte. « Je ne savais pas trop où j’allais, il y avait plus 25 km d’asphalte abrasif et je n’étais pas certain que les clous tiennent le coup », expliquait Sébastien Loeb, deuxième au premier point stop de la saison. « Mes pneus avant étaient assez usés, mais j’ai tout de même pu faire un bon temps dans Burzet. » Sur un secteur totalement enneigé, le pilote du Citroën Total Abu Dhabi WRT s’emparait de la tête du rallye après avoir signé le meilleur chrono.

Troisième à mi-journée, Dani Sordo ne cachait pas son enthousiasme : « J’étais un peu nerveux ce matin, comme si j’allais disputer la première spéciale de ma carrière ! Mais tout s’est bien passé et j’ai plutôt bien roulé compte tenu des conditions. Nous sommes déjà un peu loin des Seb, mais je suis satisfait de ce début. » Sixième à près d’une minute, Mikko Hirvonen était plus circonspect : « Ce n’est pas le meilleur début pour nous, j’étais trop prudent lors des changements de revêtement. Ce sera peut être un peu plus facile cet après-midi. »

Après une demi-heure d’assistance à Valence, les concurrents s’élançaient pour un second passage. L’état des routes étant plus varié, l’ensemble des concurrents optait pour un large panachage pneumatique, avec deux Pilot Sport extra-tendres, deux Pilot Alpin cloutés et deux Pilot Alpin non cloutés.

En se montrant le plus rapide dans les deux spéciales, Sébastien Loeb prenait le large : « Je n’ai rien contrôlé, car la défaillance du système de chronométrage officiel ne me permettait pas d’adapter mon rythme en fonction des autres. J’ai donc attaqué très fort tout au long de l’après-midi. Ca a payé et nous avons déjà une belle avance. Mais nous n’en sommes qu’au début, il y a encore trois grosses journées à courir. »

Remonté au quatrième rang dès l’ES3, Mikko Hirvonen prenait le meilleur sur Dani Sordo dans la dernière spéciale du jour : « Ce n’est pas si mal et cela démontre à quel point ce rallye peut être étrange ! Nous sommes revenus dans une bonne position et il va falloir continuer comme cela. Ca ne sera pas plus facile, je vais essayer de garder un bon rythme, d’être un peu plus performant et d’éviter les pièges. Peut-être que nous pouvons rattraper Ogier… »

« Même si Mikko a pris l’avantage dans la dernière spéciale, je ne suis pas déçu par cette journée », ajoutait Dani Sordo. « C’est déjà bien d’être là, en position de se battre pour le podium. C’était très difficile de rester sur la route. Quand la glace et la neige se mélangent à la boue, il n’y a aucun grip. Je ne serais pas contre des conditions plus constantes demain. »

Classement jour 1

Mots-clés: , , ,