La sagesse de Loeb des neiges

Pour s’immiscer dans le peloton de tête de la première étape du Rallye de Suède, il fallait sans doute une bonne pointe de vitesse, de l’expérience, mais aussi quelques talents d’équilibriste ! Deuxièmes à une demi-minute du premier, Sébastien Loeb et Daniel Elena ont bien réussi cette entrée en matière.

Le Rallye de Suède débutait dès jeudi soir avec la traditionnelle super spéciale. En se montrant le plus rapide sur l’hippodrome de Karlstad, ne fût-ce que d’une demi-seconde, Sébastien Loeb allait se coucher en ayant endossé le statut de leader.

Bien avant l’aurore, les concurrents quittaient le parc fermé pour rejoindre Hagfors, à une centaine de kilomètres au nord. Après un passage par l’assistance, les pilotes s’enfonçaient dans les forêts du Värmland pour une boucle de trois spéciales.

Dès les premiers kilomètres de Lesjöfors 1 (ES2), les coups de théâtre se multipliaient. Parmi les candidats à la victoire, Mikko Hirvonen était le premier à mettre un genou à terre. « Ça s’est passé à peine un kilomètre après le départ, dans une portion qui n’était pas spécialement difficile », raconte Mikko. « L’arrière a décroché et la voiture a commencé à glisser dans le bas-côté, où le mur de neige avait déjà été détruit par une autre voiture. Nous sommes partis en tête-à-queue avant de nous planter dans un mur de neige. Il n’y avait pas de spectateurs à cet endroit et cela nous a pris beaucoup de temps avant de pouvoir remettre la voiture sur la route. » Avec 24 minutes perdues, la course venait de changer de physionomie pour le Finlandais : « Maintenant je vais rouler sans prendre de risques pour essayer de prendre quelques points au championnat ‘Constructeurs’. J’essaierai également de marquer dans la Power Stage. »

Troisième de l’ES2, Sébastien Loeb confirmait la difficulté du parcours suédois : « Il y a une couche de neige fraiche qui est balayée au fil des passages. Lorsque nous sommes dans la trajectoire, ça se passe bien. Mais dès que l’arrière se promène un peu, les clous ne mordent plus la glace et il devient difficile de rester sur la route. Je suis toutefois obligé de conserver un rythme offensif sous peine de devenir lent ! »

Deuxième du classement général à mi-journée, le nonuple Champion du Monde était à la lutte avec Jari-Matti Latvala, qui prenait l’avantage à l’issue de Lesjöfors 2 (ES5). Le pilote du Citroën Total Abu Dhabi WRT ne lâchait rien et il récupérait son bien dans Vargåsen 2 (ES7). Deuxième à une demi-minute du leader, Seb dressait un bilan réaliste : « J’attaque, mais je ne peux pas faire grand-chose de plus face à Sébastien Ogier. Certes, mon ordre de départ était un peu moins favorable aujourd’hui, mais cela n’explique pas tout. Pour l’instant, je ne pense pas à remonter sur le leader, mais plutôt à défendre ma deuxième place ! »

Pour son premier rallye au volant de la DS3 WRC de l’Abu Dhabi Citroën Total WRT, Khalid Al Qassimi connaissait une étape très difficile. « La journée a mal commencé, puisque nous nous sommes plantés dans un mur de neige dès l’ES2, en arrivant à l’endroit où était sorti Matthew Wilson », relatait le pilote émirati. « Puis j’ai recommencé – tout seul – dans l’ES5. Les conditions sont vraiment compliquées cette année, je n’arrive pas à trouver de bonnes sensations et je manque encore d’expérience avec cette voiture. »

Parti à la faute dans Värmullsåsen 2 (ES6), Dani Sordo allongeait la liste des pilotes piégés par le parcours suédois. L’Espagnol sortait du top 10 à cette occasion : « C’est un peu comme tout le monde, la voiture est partie de l’arrière et nous nous sommes plantés dans un talus de neige. Heureusement pour nous, il y avait beaucoup de spectateurs et nous sommes repartis assez facilement. Ce n’était vraiment pas une journée simple, je n’ai jamais réussi à trouver le bon feeling avec la voiture. »

« Ce n’est forcément pas le déroulement dont nous avions rêvé », reconnaissait Yves Matton, Directeur de Citroën Racing. « Mikko a été éliminé très vite, mais c’est le jeu que de prendre des risques lorsqu’on est en lice pour la victoire. Je retiendrai tout de même la belle prestation de Seb, qui s’est battu à coups de secondes contre Latvala, une véritable référence sur ce terrain. Nous avons encore du mal à estimer à quel point notre ordre de départ était pénalisant. La comparaison sera plus facile demain, puisque Seb partira juste avant Sébastien Ogier. »

Mots-clés: , , , , ,