Trois questions à Dani Sordo avant le Rallye du Mexique

Vous avez retrouvé l’équipe Citroën Racing au début de cette année. Que retenez-vous de ces dernières semaines ?
« Évidemment, le bilan du Monte-Carlo est bien meilleur que celui de la Suède. C’était fantastique de retrouver la famille Citroën pour le coup d’envoi du championnat. En fait, c’est comme si je n’étais jamais parti ! Le rallye s’est bien passé et nous avons terminé sur le podium, on ne pouvait guère rêver mieux pour des retrouvailles. Ca a été plus compliqué en Suède, puisque je n’ai pas rallié l’arrivée. Mais j’ai tout de même beaucoup appris, en comprenant de mieux en mieux le fonctionnement de la Citroën DS3 WRC. »

C’est comme si vous n’étiez jamais parti, mais votre état d’esprit semble avoir changé en deux ans. Vous semblez plus offensif…
« J’ai pris le départ de 100 rallyes de Championnat du Monde depuis 2003, mais je n’ai encore jamais gagné. C’est donc un manque que je veux combler. Je n’en fais pas une obsession, mais c’est mon objectif personnel de l’année ! Pour cela, je dois travailler sans relâche pour progresser. J’ai découvert la DS3 WRC sur la terre en essais il y a quelques jours, ça m’a permis de me faire une idée de son comportement même si les conditions météo tenaient plus de la Grande-Bretagne que du Mexique ! Maintenant, place à la course. »

Vous avez effectué la majeure partie de votre carrière avec Sébastien Loeb pour équipier. Comment imaginez-vous ce premier rallye sans lui ?
« J’espère que l’équipe ne va pas pleurer tout le week-end quand même ! (rires) Ce sera sans doute spécial, mais je sais que les gens sont très professionnels et qu’ils seront concentrés sur le rallye en lui-même. Ce changement nous donne plus de responsabilités et il va falloir prendre la relève. Il ne faut pas croire qu’on puisse remplacer Seb, mais nous allons tout faire pour que Citroën conserve l’avantage. »

Mots-clés: ,