C’est à Versailles, ville connue à travers le monde, qu’est implantée l’usine de Citroën Racing depuis la fin de l’année 2000. Ces installations à la mesure des ambitions de la marque constituent l’épine dorsale de l’équipe septuple Championne du Monde.

Sécurité et confidentialité obligent, les portes du 19 allée des Marronniers ne s’ouvrent qu’après avoir montré patte blanche. Sur la façade du bâtiment principal, les lauriers décernés aux Champions du Monde FIA rappellent le glorieux palmarès de la marque. Avant d’accéder aux installations, un showroom expose aux regards des visiteurs quelques modèles ayant marqué l’histoire de Citroën Racing : ZX Grand Raid, Xsara Kit-Car et WRC, C2 Super 1600, C4 WRC…

Organisés en open space, les bureaux d’études châssis et moteur regroupent les ingénieurs chargés de la conception des pièces composant les voitures. Du design général au moindre détail, plus de 4000 plans sont réalisés sur les stations de CAO lors de la réalisation d’une nouvelle voiture. Le bureau de calcul est ensuite chargé de valider le dimensionnement des pièces. Citroën Racing s’appuie sur les technologies développées par le Groupe PSA pour les calculs de résistance de matériaux et de mécanique des fluides.

soudure-chassisAu cœur de l’usine, les installations techniques s’étendent sur plus de 10 000 m2. Le hall de montage est désormais séparé en deux espaces, dédiés aux DS3 WRC d’un côté, et aux C-Elysée WTCC de l’autre. Situés à proximité immédiate, les magasins de pièces offrent un accès aisé aux mécaniciens chargés de l’assemblage des voitures.

Autour de cet espace principal, des ateliers spécialisés – appelés laboratoires – sont chargés de délivrer les sous-ensembles. Parmi les plus impressionnants, le laboratoire Tôlerie est chargé de la construction des châssis. À partir d’une coque nue de série, les techniciens découpent, ajustent et soudent les tubes de l’arceau-cage, le tunnel de transmission, les points d’ancrage de suspension et les différents renforts.

banc-moteurAutre point névralgique, le département ‘Moteurs’ assemble les blocs 1.6 turbo à injection directe des C-Elysée WTCC et DS3 WRC. Environ deux semaines sont nécessaires à l’assemblage d’un moteur. Utilisés aussi bien pour le développement que pour le contrôle des blocs destinés à la course, les deux bancs d’essais sont utilisés de manière intensive.

Le laboratoire ‘Suspension direction freins’ (SDF) regroupe des postes de travail dédiés aux amortisseurs, triangles, berceaux, pivots, freins, direction et systèmes hydrauliques.

labo-sdfLe laboratoire ‘Boîte de vitesses et transmission’ est organisé à l’identique. Situé à l’étage, le laboratoire ‘Electricité et électronique’ a en charge la réalisation du faisceau électrique. Sept semaines sont nécessaires au montage de chaque faisceau, composé de plusieurs milliers de points de connexion.

Tous les éléments, qu’ils proviennent des laboratoires de l’usine ou des sous-traitants, effectuent un passage par le laboratoire ‘Métrologie’, équipé d’unité de mesures en trois dimensions.

hall-montageAprès avoir été stockées dans l’immense magasin, les pièces détachées sont assemblées dans le hall de montage principal. Ce vaste espace est divisé en deux parties : celle réservée aux voitures disputant les rallyes, et celle réservée aux voitures d’essais.

A l’issue de leur montage, les voitures sont déverminées sur la piste d’essais du Val d’Or, directement accessible à partir de l’usine. Les C-Elysée WTCC, comme les DS3 WRC effectuent alors un galop d’essai destiné à valider leur bon fonctionnement. Après plus de 700 heures de travail, elles sont enfin chargées sur les camions, qui quittent l’usine pour rejoindre le lieu des exploits de Citroën Racing…